Rechercher un voyage
Arménie berceau du chistianisme - Le 5 avril 2011

Mont Ararat de l’Arche de noé au blason d’Arménie


Mont Ararat Bien que son sommet ne soit plus inclus dans les frontières de l’Arménie politique mais serve de base d’observation militaire à la Turquie, le Mont Ararat reste le symbole du terroir natal de la nation arménienne : il est, avec sa couronne habituelle de nuages, le motif central des armoiries de ce pays à la fois récent et multiséculaire. Culminant à 5 137 mètres d’altitude, le grand Ararat est un volcan qui était encore actif au début de l’époque historique, au 3e millénaire avant notre ère, et qui témoigne du mouvement des plaques tectoniques eurasienne, arabique et anatolienne.

Un des grands méchants de la Bible, Sénnachérib, fut tué par ses fils qui s’enfuirent ensuite « au pays d’Ararat » (Is 37, 38). Bien qu’il soit difficile de préciser la réalité de cet antique royaume, mentionné aussi dans les sources assyriennes sous le nom d’Urartou, on peut se rappeler ces récits médiévaux décrivant l’ancienne luxuriance des pentes de l’Ararat, ainsi que la présence de villages aujourd’hui disparus, notamment dans la combe séparant le grand du petit Ararat ; on y voit encore les ruines du monastère Saint Jacob, détruit par un séisme en 1840.

Mais le Mont Ararat est surtout le rappel de l’épisode biblique du déluge, le lieu où, nous dit le Livre de la Genèse (chapitre 8), après 150 jours de décrue, se posa l’Arche de Noé. Sans se soucier de la nature de ce récit dont la proportion d’histoire et de mythologie n’est pas définissable, l’Ararat continue d’attirer année après année, au gré des autorisations données au compte-goutte par les autorités turques, des aventuriers de l’Arche perdue. En effet, en 1949 lors d’une mission aérienne de l’US Air Force, un cliché des glaces éternelles du mont Ararat a été pris, montrant une protubérance non identifié à 4 724 mètres d’altitude. Une équipe d’aventuriers chinois revenant d’une expédition sur le Mont Ararat en avril 2010 a affirmé être sûr à 99.99 % qu’il s’agissait de fragments de bois datant de 4 800 ans, date à laquelle l’Arche aurait navigué...

 

Une des meilleures façons de profiter du Mont Ararat est de se rendre au monastère de Khor Virap, du côté arménien de la frontière, balcon naturel sur le massif volcanique. Khor Virap, ou « fosse profonde », lieu de pèlerinage où est commémoré l’emprisonnement de Saint Grégoire l’Illuminateur au fond d’un puits, à l’époque où le roi Tiridate IV était encore un persécuteur de chrétiens. Marqué architecturalement depuis le VIIe siècle, ce monastère est un des sites touristiques majeurs d’Arménie, tant pour la beauté de ses bâtiments que pour ses paysages, avec cet époustouflant panorama sur le géant d’en face.

voir le voyage culturel en Arménie