Infos pays : Sénégal

Géographie

• Le Sénégal a une importante façade maritime à l’ouest avec l’océan Atlantique (530 km de côtes). Le fleuve Sénégal constitue une frontière au nord avec la Mauritanie et à l’est avec le Mali. Au sud-est, la frontière avec la Guinée est traversée par les contreforts de la montagne du Fouta-Djalon et au sud-ouest avec la Guinée-Bissau par une forêt tropicale. La Gambie forme une enclave et sépare la région de la Casamance avec le reste du pays.
• Le pays s’étend sur 196 192 km². Si on le compare à ses voisins, le Mali et la Mauritanie, le Sénégal est un pays de petite taille.

Casamance
  • La Casamance est la partie sud du Sénégal comprise entre l'enclave de la Gambie au nord et la frontière de la Guinée-Bissau au sud. Sa capitale régionale, Ziguinchor, est à 450 kms de Dakar.
    Cette région d'une superficie de près de 30000km² porte le nom du fleuve de 300 kms qui la traverse. Le climat est de type tropical humide avec une longue saison de pluie et une végétation abondante.
  • La basse vallée du fleuve est constituée par un long et étroit estuaire aux rivages bordés de mangroves, en raison de la remontée de l'eau de mer. En basse Casamance,
    les Diolas constituent la population la plus importante avec les groupes qui leurs sont assimilés (Floup, Diamate, Mandjak, Balante) et qui, comme eux, pratiquent encore la religion traditionnelle ou sont christianisés. La sécheresse dans le reste du Sénégal a fait affluer les Wolofs, musulmans
    et cultivateurs de l'arachide, vers les riches terres de la région.

Sénégal Central

  • Le Sénégal central, terre aride et pauvre, royaume de la steppe durant neuf mois de sécheresse et d’une chaleur que seules les hyènes supportent ! Telle est la description que pourraient en faire les passagers d’un avion survolant l’immensité de cette région désolée. Néanmoins, son histoire, au cœur d’anciens royaumes puissants, sa population (une des plus accueillantes et amicales du pays) et la variété des peuples et cultures en font une région d’un incontestable charme. Hélas, ça ne suffit par à attirer investisseurs et touristes qui pourraient éviter aux jeunes de fuir les villages en direction de la capitale.

Saint-Louis: Région du fleuve
  • Jusqu'à très récemment, le découpage administratif de la région de Saint-Louis était le plus aberrant du pays. En effet, elle portait bien son surnom de «Région du Fleuve». La région de Saint-Louis partait des environs de la ville du même nom, longeait la frontière mauritanienne et allait ensuite courir sur plusieurs centaines de kilomètres la frontière malienne jusqu’aux limites de la région de Tambacounda. Ainsi, des habitants de villes proches de Tamba devait parfois faire plusieurs centaines de kilomètres afin d’obtenir des papiers dans leur chef-lieu de région. Cette aberration est désormais révolue en raison de la création récente de la région de Matam qui donne enfin une dimension régionale à tout le Nord-est du pays. Mais pour les amoureux de cette magnifique contrée, ces deux régions administratives ne feront toujours qu'une sous le nom de "région du Fleuve".
  • C’est une région de tous les contrastes où le désert est omniprésent mais où les champs de cannes à sucre prolifèrent le long du fleuve près de Richard-Toll, où la faune est rare mais où un parc, celui du Djoudj, accueille des millions d’oiseaux chaque année alors que crocodiles, singes, phacochères ou varans s’ébattent dans les marécages de ce joyau de la faune africaine classé au Patrimoine Mondial. La région du Fleuve, c'est le miracle au milieu du désert qui marque la fin du si beau mais si impitoyable Sahara. Dans des villes sorties du sable par le colonisateur ou par de mythiques royaumes ancestraux comme le Tekrour ou le Waalo, les milliers d'habitants vivent au même rythme que ce fleuve qui les nourrit par ses poissons et par ses crues parfois hélas trop généreuses.

Population

15 850 000 habitants

Religions

• Près de 90 % de la population sénégalaise est de confession musulmane. L’islamisation du pays date du XIème siècle, époque à laquelle les Almoravides (moines guerriers berbères), conquièrent le nord du Sénégal. L’apparition du christianisme est beaucoup plus récente. Souvent mêlée à ses deux religions, l’animisme, avec ses rites et ses croyances, est encore très présent.
Venue du nord par le biais du commerce caravanier, l’islam s’est progressivement implanté au Sénégal et a consolidé son assise grâce aux actions de prosélytisme et de résistance de nombreux marabouts.
La particularité de la religion musulmane au Sénégal est l’existence d’importantes confréries, dont les principales sont les suivantes :
• La Qadria
• La Tidjania
• La Mouridia

La Qadria :
  • Fondée par Abdoul Qadir Al-Jilali, de Bagdad, au 15ème Siècle, elle constitue la plus ancienne confrérie. A la mort du fondateur, il fut remplacé successivement par ses cinq fils dont le dernier est l’actuel Khalife (chef religieux musulman, guide spirituel d'une confrérie, littéralement "successeur du prophète").
  • Chaque année, le Gamou (en wolof, le terme Gamou marque la commémoration de l’anniversaire de la naissance du prophète) attire de nombreux fidèles. Les cheikhs des autres branches (Fadelia et Sidia) de la confrérie demeurent en Mauritanie. La Qadria reconnaît la primauté du mysticisme et commande de se placer sous l’autorité d’un cheikh.

La Tidjania :
  • La Tidjania a pour fondateur Sidi Ahmed Al Tidjani. L’essor de la confrérie est dû à El Hadj Omar Tall (1794-1864), revenu de la Mecque en qualité de Khalife des Tidjanes pour le Soudan.
En pays wolof, le mérite de la propagation de l’ordre revient à El Hadj Malick Sy, né en 1855 près de Dagana. En 1902, il se fixa définitivement à Tivaouane qui devint, sous son impulsion, un centre d’enseignement et de culture islamique. Serigne Mansour Sy est depuis 1997 l’actuel khalife.
  • La Tidjania attache une grande importance aux aspects culturels et éducatifs. Elle est favorable à l’adhésion individuelle du disciple.

La Mouridia :
  • La confrérie mouride a pour fondateur Amadou Bamba Mbacké (1853-1927), né à Mbacké-Baol, fils et petit-fils de marabouts renommés. Les autorités coloniales le déportèrent au Gabon (1895-1902) puis en Mauritanie (1903-1907) ; il fut ensuite assigné à résidence à Tiéyène dans le Djolof, avant d’être autorisé, en 1912, à s’établir à Diourbel où il mourut. Chaque année est célébré à Touba (dont la mosquée est la plus grande de l’ouest africain) le Magal, en commémoration du départ en exil d’Amadou Bamba.
  • Son fils aîné, Mouhamadou Moustapha fut le premier khalife puis vinrent ensuite ses frères Falilou, Abdoul Ahad, Abdou Khadre et Serigne Saliou Mbacké, décédé le 28 décembre 2007. El Hadj Mouhamadou Lamine Mbacké dit « Bara », le plus âgé des petits-fils de Cheikh Amadou Bamba (82 ans), fils de Falilou, est l’actuel Khalife.
  • Le mouridisme et fortement marqué par son caractère africain (voire sénégalais). Le Mouride (de “mourit”, aspirant) se doit de se dévouer à son marabout ; l’importance accordée au travail a permis, par le biais des Talibés (au sens étymologique, disciple ou élève apprenant le coran). Le contrat traditionnel implique que le marabout enseigne le coran et lui inculque une des vertus essentielles, l’humilité, par la pratique ponctuelle de la mendicité, la mise en culture de territoires très étendus.

Religion Catholique
  • La religion catholique est apparue au milieu du 19ème siècle avec l’arrivée des premiers missionnaires français. L’évangélisation fut accompagnée de la construction des premières écoles. La paroisse de Mont-Rolland, dans la région de Thiès, fut créée en 1893 et doit son nom au collège jésuite de ce nom situé à Dole (Jura). La cathédrale du souvenir africain, à Dakar, a été inaugurée en 1929. La messe chantée le dimanche est vraiment magnifique...
  • Chaque année, à la Pentecôte, a lieu le pèlerinage de Popenguine (sanctuaire marial), où des milliers de jeunes marchent vers la basilique et le sanctuaire.

Religions traditionnelles
  • Les animistes ont en commun, pour la plupart, un ensemble de croyances et de pratiques tant religieuses que culturelles. La croyance en un Dieu unique, créateur et maître du monde est partagée par tous. Cette divinité est assistée par un messager et par les esprits des ancêtres. Il existe des endroits réservés aux cultes, ceux des hommes étant séparés de ceux des femmes. On y pratique des libations. Des rites agraires, accompagnés de musique et de danse, ont lieu à la fin des récoltes.
  • Les défunts connaissent une vie éternelle avec l’existence d’un paradis et d’un enfer. Les morts sont inhumés sous le toit de leur case, lequel est ensuite recouvert de sable, donnant ainsi naissance à de petits tumulus. La société considère que certains défunts peuvent provoquer des sécheresses. Lorsque leur responsabilité est découverte, elle les invoque et, s’ils persistent, les exhume puis en disperse les restes.
  • Le champ constitue un lieu sacré et pour exploiter la terre il faut tenir compte de ses détenteurs invisibles (les ancêtres et les esprits) et user de tout un rituel tant pour procéder aux semailles qu’aux récoltes. A Touba se perpétue la tradition du "fil" qui vise à conjurer les mauvais sorts, les calamités naturelles, les épidémies et à appeler la fertilité et la prospérité. C’est durant cette fête qu’on détermine la date de l’ensemencement du mil.

Institutions politiques

  • Le Sénégal est une république démocratique dont le président élu est Macky Sall depuis avril 2012.

Histoire

  • VIIe siècle : Premiers royaumes
  • XIe siècle : Apparition de l'Islam
  • 1442 : Début de la conquête coloniale
  • 1444 : Découverte de l'île de Gorée. Les premiers échanges commerciaux avec l'Europe ont lieu lorsque les Portugais atteignent l'embouchure du Sénégal et le Cap-Vert (on échange des étoffes et des métaux contre de la poudre d'or, de la gomme arabique et de l'ivoire).
  • Après 1600 : Les Hollandais et les Français chassent les Portugais.
  • 1659 : Fondation de Saint-Louis du Sénégal
  • 1700 : La France domine le commerce de la région côtière. Malgré la rivalité franco-britannique et de nombreux conflits, l'influence française s'étend. Établie à Saint-Louis, la France entreprend la remontée du fleuve Sénégal pour parvenir aux pays du Niger, malgré la résistance de certaines ethnies (les Toucouleurs et les Peuls).
  • 1815 : Le congrès de Vienne attribue à la France l'île de Gorée.
  • 1818 : La traite est abolie en France.
  • 1852 : Faidherbe débarque au Sénégal et gouverne de 1854 à 1861 et de 1863 à 1865.
  • 1855 : La phase de conquête militaire démarre avec l’annexion du royaume du Waalo.
  • 1857 : Création des tirailleurs sénégalais.
  • 1857 : Prise du site de Dakar, en accord avec les chefs lébous.
  • 1860-1865 : Toute la Basse-Casamance jusqu'à Ziguinchor passe sous protectorat français.
  • 1886 : Mort de Lat Dior et fin de l’ère damel.
  • 1892 : Les grandes opérations militaires sont terminées
  • 1895 : Création de l'Afrique Occidentale Française (AOF). Le Sénégal devint officiellement une colonie française, administrée depuis Saint-Louis.
  • 1902 : Transfert de la capitale de l'AOF de Saint-Louis à Dakar. La France développe l'économie sénégalaise autour de la culture de l'arachide destinée à l'exportation.
  • 1914 : Blaise Diagne est le premier Noir d'origine Africaine siégeant au parlement français ; il conserve son poste de député jusqu'en 1934.
  • 1960 : Indépendance du Sénégal.
  • 1982-1989 : Fondation de la confédération de la Sénégambie
  • 2000 : élection du président Abdoulaye Wade.
  • 2001 : Mort du président Léopold Sédar Senghor, également poète.
  • 2002 : Création de l’Union Africaine dont le Sénégal est l’un des membres fondateurs.
  • 2002 : Naufrage du Joola, navette maritime mythique qui reliait Dakar à la Casamance.
  • 2004 : Accords de paix en Casamance.
  • 2012 : Election du Président Macky Sall

Monnaie

• La monnaie est le franc CFA – 1€= 664,43 Francs CFA (cours du 04/06/2020)
• Les euros sont acceptés partout

Langue

• Le français, le ouolof, le peul, le sérère, le dioula et autres dialectes.
• La langue française est la plus parlée au Sénégal.

Téléphone

• Pour téléphoner depuis le Sénégal composez le 9 suivi du n° de votre correspondant sans le 0.
• Pour téléphoner depuis la France, composez le 00 221 suivi du n° de votre correspondant.
• Le téléphone cellulaire est utilisable.

Conseils

  • En saison sèche, nous vous conseillons d’emmener un ou deux pulls pour les soirées qui peuvent être fraîches.
  • Prévoyez des vêtements amples et légers, pantalons et jupes plutôt longues ainsi que des Tee-shirts qui ne craignent rien.
  • Evitez les chaussures à talons et choisissez d’emporter de préférence des chaussures souples.
  • Ne vous chargez pas trop ; sur place vous pourrez trouver tout ce dont vous pourrez avoir besoin.

Formalités

Pour les ressortissants français :

  • Vous devez être en possession d’un passeport valide six mois après le retour.
  • Les groupes sont exonérés de visa.

Climat

  • C’est un climat tropical sec caractérisé par deux saisons : une saison sèche de novembre à juin et une saison des pluies de juillet à octobre.


DAKAR

Jan.

Fév.

Mars.

Avr.

Mai

Juin

Juil.

Août

Sept.

Oct.

Nov.

Déc.

T° moy (en °c)

23

23

23

23

24

27

28

28

28

28

27

24

Préc moy (en mm)

0

0

1

1

1

14

88

250

163

45

5

6

SAINT LOUIS

Jan.

Fév.

Mars.

Avr.

Mai

Juin

Juil.

Août

Sept.

Oct.

Nov.

Déc.

T° moy (en °c)

22

22

22

22

23

26

28

28

28

28

27

24

Préc moy (en mm)

1

1

0

0

1

7

44

160

100

29

2

3

ZIGUINCHOR

Jan.

Fév.

Mars.

Avr.

Mai

Juin

Juil.

Août

Sept.

Oct.

Nov.

Déc.

T° moy (en °c)

24

26

27

28

29

29

27

27

27

28

24

21

Préc moy (en mm)

1

0

0

0

10

125

360

530

361

150

8

1

Santé

• Profitez-en pour vérifier que vous êtes à jour dans vos vaccins universels : Diphtérie, Polio et surtout le tétanos.
• Vous devez vous faire vacciner contre la fièvre jaune. Ce vaccin est fortement recommandé mais pas obligatoire pour entrer au Sénégal.
• Sur place, faites attention à ce que vous mangez et à ce que vous buvez (évitez absolument l’eau du robinet et ne prenez pas de glaçon). Les troubles gastriques et intestinaux sont fréquents, même si la plupart du temps ils restent sans gravité.
• Ne vous baignez pas enfin dans les eaux douces, la bilharziose est une maladie courante au Sénégal.
• Consultez votre médecin pour un traitement antipaludique qui est très fortement recommandé.

Précautions alimentaires
• Attention aux glaçons, ils sont faits avec l’eau du robinet !
• Ne pas manger de fruits épluchés.
• Ne pas manger de légumes crus ou froids.
• Se laver fréquemment les mains.

Décalage horaire

• Le Sénégal est à l’heure GMT, c’est-à-dire qu’en hiver il y a une heure de moins qu’en France et en été deux heures de moins qu’en France.

Electricité

• 220 V et prises à deux fiches rondes
• De nombreux villages sont sans électricité surtout en Casamance.

Ambassade du pays

14, avenue Robert Schuman
75007 Paris
tél. : 01 47 05 39 45

Bibliographie

Sénégal / Collectif.- Lonely Planet : 1999
Sénégal / Collectif.- Paris, Hachette : 2002.- Guides Bleus Evasion
Le Sénégal / Muriel Devey.- Karthala : 2000
Un grain de vie et d’espérance / Aminata Sow Fall. - Paris : Françoise Truffaut Ed., 2002.
Atlas du Sénégal. - Paris : Les éditions Jeune Afrique, 2000.

Sénégal